La conduite au Vietnam

C’est facile, il faut juste suivre des concepts assez simple. On retrouve entre autres, ce qui est derrière soit n’existe pas, ce qui me permet de bloquer un bus sans problèmes, bus qui va chercher à doubler mais ne me rentrera pas dedans. Evidement, à un moment donné il va passer devant, et à ce moment là je n’existerais plus pour lui. Ensuite, la priorité à droite est bizarrement respecte, donc tout le monde va largement vers la gauche pour éviter de rentrer contre ceux qui s’insèrent et garder toujours du mouvement. Si on s’engage dans une grande rue, soit on va à droite et on colle bien le trottoir puis on s’insère, qu’il y ai du trafic ou non n’a pas d’importance vu que tout le monde se décale. Soit on va à gauche et c’est plus rigolo, d’abord longer la rue le plus à gauche, puis bifurquer au milieu quand il n’y a personne en face puis se rabattre à droite.Enfin, et surtout sur les routes de montagnes, quand quelqu’un à contre sens veut doubler, il avertit aimablement par klaxon et/ou appel de phare pour signifier “Je vais doubler, fait ce que tu veux, bonne chance”. Le pire restant les bus car ils ont le meilleur rapport poids/puissance et double donc à toute vitesse. Le pire du pire étant un camion double par un bus lui même double par une moto. Mais bon, on s’y fait et au final je n’ai vu aucun accident depuis que je suis là.

Au niveau du voyage, pas mal de trajet en moto pour rejoindre les différentes villes, je suis resté 2 jours de plus à Mai Chau, ce qui m’a permit d’assister de nouveau à la danse locale. Ensuite trajet sous la pluie vers Son La pour une première étape avant de rejoindre Dien Bien Phu, célèbre bataille qui a signé la fin de l’Indochine. Suite au cinquantenaire, il y a eu pas mal de rénovation des sites ainsi que la création d’un musée. Le musée est particulièrement réussi et il met entre autres bien avant la notion de “c’est les gagnants qui écrivent l’histoire”. On trouve un peu partout dans la ville (voir dans des endroits plus insolites) des chars français capturés à l’époque.

La célèbre danse du bambouArrivée à Son La avec son petit côté soviétiqueUn des chars francaisUn des bunkers avec le remake d'une celèbre photoMonument aux morts en haut de la collineVu de Dien Bien Phu

Ensuite, direction Sapa, la station touristique créée par les français il y a quelques années (1930), avec une petite halte à Lai Chau sur le chemin. Au niveau de Sapa, l’intérêt premier reste les treks dans les ethnies minoritaires alentours, pour l’instant je n’en ai pas effectué, le temps étant trop nuageux, voir totalement brumeux aujourd’hui. J’ai prévu un trek de deux jours avec une nuit chez l’habitant chez les Viet rouges, avec à priori un shaman qui propose des bains de boues (rouges également).

Le quartier touristique de Sapa

Au niveau des rencontres, j’ai continue avec deux australiens, un espagnol ainsi que des locaux qui un soir m’ont invite à picoler avec eux. Dans les petites villes, beaucoup m’interpellent pour pouvoir pratiquer leur anglais et essayer de faire connaissance, la communication n’est pas évidente et dans certains petits villages, je ne suis pas certains qu’ils ont vu beaucoup de touriste, surtout en moto locale.

Soirée dégustation d'alcool

Enfin, pour ce qui est de la moto, j’en suis à trois crevaisons, heureusement uniquement du pneu arrière, une fois sous la pluie avec un village avec un May Xo (garagiste de moto) à 200m, une fois au milieu de nul part, mais coup de bol un des habitants m’a réparé le pneu et la dernière fois à 10km du village le plus proche ce qui a signé la fin de mon pneu arrière, remplace par un modèle plus tout terrain. Après avoir pas mal galérer, j’ai enfin le kit complet pour pouvoir réparer moi même mes fuites, car pour l’instant j’ai eu de la chance, mais coincé à 30Km sur une route pourrie, je pense que j’y aurais laissé toute la roue arrière. Au niveau des routes, les grands axes sont plutôt en bonne état ou en cours de rénovation, les plus petits (qui sont nettement plus intéressant), cela va de la route goudronnée, au chemin avec des morceaux de goudron, au chemin de terre, voir au chemin boueux quasiment impraticables.

IMG_8961IMG_9037IMG_9039

J’ai rajouté une page accessible via le menu en haut pour suivre l’itinéraire, histoire de donner une idée. (ou il suffit de cliquer sur http://voyage.froggycorp.com/blog/?page_id=164)

Beaucoup de photos du chemin, avec certaines villes mais pas mal de paysage :

IMG_8522IMG_8735IMG_8739IMG_8740IMG_8746IMG_8791IMG_8831IMG_8840IMG_8846IMG_8849IMG_8878Le meme bunker que précédement à Dien Bien PhuIMG_8936IMG_8952IMG_8967IMG_8972Moc Chau, ville en construction autour d'un lac artificiel sur la route de Dien Bien Phu à Lai ChauIMG_9008IMG_9011IMG_9014IMG_9018IMG_9021IMG_9024Une ville au milieu de nul part sur un petit chemin de montagne entre du côté de Lai ChauIMG_9027IMG_9029IMG_9034IMG_9121

Toujours des grandes allées à la soviétique


 

2 réflexions sur « La conduite au Vietnam »

  1. Très bonne idée d’avoir mis une carte. J’avais éssayé de visualiser ton voyage sur une carte trouvée sur Google mais cela n’était pas évident. Par ailleurs parle-nous aussi de tes conditions d’hébergement : comment touves-tu un hôtel à chaque étape, dans quel état sont-ils? Gros bisous. Marraine

  2. Hey cousin,
    Ca fait plaisir d’avoir tous ces détails ! je vois que tu en profites bien et que tu t’es bien adapté au climat, à la nourriture…
    N’hésites pas à mettre pleins de photos, ca nous fait voyager.
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.